Baisse de la limite de vitesse

Baisse de la vitesse : 80 km/h sur route pour tous…

L’abaissement de la vitesse, de 90 à 80 km/h, sera généralisé dès 2018 sur toutes les routes à double sens n’ayant aucune séparations physique (mur ou rail). C’est Le Point qui à relevé cette info, et je reviens dessus quelques jours après.

Une baisse de la vitesse testée et ?

En 2015 le gouvernement précédent à lancé une série de test sur divers tronçon de routes nationales. Ces routes, non séparées (si ce n’est par une ligne blanche) et limitées à 90 km/h allaient passer à 80 km/h pour la durée du test. Le but ? Déterminer si oui ou non une baisse de la vitesse de 10 km/h sur l’ensemble des routes du pays pourrait avoir une incidence en terme de sécurité routière. À savoir, moins de blessés ou de morts liés à la vitesse entre autres (ce qui pose déjà en soi un problème, puisque la vitesse à elle seule ne devrait pas être tenue comme responsable…).
Voici les heureux élus qui ont pu tester les routes à 80 km/h : 18 km dans la Drôme sur la RN7, 17 km dans la Nièvre et 32 dans l’Yonne sur la RN 151, et enfin 14 km en Haute-Saône sur la RN57.
Je vais vous spoiler rapidement le bilan de ce test dans le paragraphe qui suit

Baisse de la limite de vitesse
© NZ0 YONNE

Le bilan du test à 80 km/h

Inconnu, 404, rien, nada… Très concluant donc. Le bilan n’a jamais été présenté à qui que ce soit, surtout pas aux membres du Conseil National de Sécurité Routière (CNSR).
Ce test à pris fin en Juillet, et nous n’avons même pas l’ombre d’un rapport à se mettre sous la dent, ou au moins une tendance générale suite à deux années de tests. Rien.
L’avantage, c’est que chaque camps qu’il soit anti ou pro-limitation y trouvera son compte. Même si, soyons honnête, les conclusions des deux bords finiront par tendre vers la discussion de comptoir.

Janvier 2018, tous à 80 km/h

C’est donc, comme je le disais en intro, par l’intermédiaire du Point que l’on apprend la future baisse de vitesse, de 90 à 80 km/h pour 2018.
Le Conseil Interministériel de Sécurité Routière qui se tiendra en Janvier devrait en effet annoncer cette baisse généralisée à la France entière, sur toutes portions de route (nationales et départementales) à deux voies sans séparations (rail, muret en béton, …). Ce sera donc 80km/h pour tous, que la portion de route soit dangereuse ou pas.
Voila de quoi réjouir Chantal (qu’on ne présente plus, et dont je n’ai pas envie de faire le SEO gratis), qui affirme d’ailleurs qu’une baisse de la vitesse moyenne de 1 % équivaut à 4 % de tués en moins. Pourtant rien ne viens étayer ce qu’elle avance. Et comme le rappelle la ligue de défense des conducteurs sur le Point « Si elle était exacte, […] il suffirait de réduire la vitesse de 25 km/h pour qu’il n’y ait plus aucun mort sur les routes de France… La preuve du contraire : en 2012, la vitesse moyenne a augmenté en France, et pourtant, le nombre de tués sur la route a diminué de presque 8 %. C’était déjà le cas entre 1998 et 2002. »

Une mesure démagogique de plus ?

C’est fort probable. On connait la propension de nos politiques à gesticuler haut et fort dès que les chiffres de la sécurité routière ne sont pas excellents. Ce qui nous à valu notamment une forêt de radars automatiques au bord des routes. Radars dont les recettes semblent désormais stagner plus ou moins et dont l’effet sur la sécurité routière me semble incertain. Même si ça n’empêche pas des recettes élevées, comme je le disais dans un précédent article.
Mais le tout radar à une limite, et les statistiques de la mortalité routière n’évoluent plus que dans un mouchoir de poche. Et revoila les gesticulations suivies d’annonces un peu farfelues. L’an passé il s’agissait des vitres teintées, cette année ce sera la baisse de la vitesse. On pourrait y ajouter le nouveau contrôle technique mais le sujet est bien plus complexe pour être traité en quelques lignes dans cet article.

Quels effets sur les routes ?

Ce passage à 80 km/h aura quelques effets « pervers », si l’on peut dire.
Le premier auquel je pense bien évidemment, c’est l’augmentation des dépenses des DIR pour changer l’ensemble de la signalisation dans un temps assez court.

Ensuite, l’ensemble des usagers va se retrouver avec la même limitation de vitesse. Et par tous les usagers, j’entends les automobiles, les motards, les poids lourds et les jeunes permis. Pour rappel, ces derniers sont limités à 80 km/h le temps de leurs permis probatoire.
Vous les sentez venir les files interminables de véhicules qui se suivent sur des dizaines de kilomètres ? Sans oublier les ralentissements et autres bouchons que cela occasionnera. Je suis sur que vous en rêviez !

Quid des limitations par temps de pluie ou brouillard ? Va-t-on rouler à 70 Km/h ? Et nos jeunes permis d’ailleurs, on va aussi appliquer une baisse de vitesse de 10km/h tant qu’ils sont en permis probatoire ?

Un des autres effet pervers concerne bien évidemment les radars. Quitte à faire d’une pierre deux coups, l’État en profitera pour flasher un peu plus les premiers mois du passage à 80 km/h. Le combo idéal avec les radars mobiles mobiles confiés à des sociétés privées.

Vous me direz que je m’emporte un peu et vous n’auriez probablement pas tort, sauf qu’encore une fois, l’État tape sur la vitesse au lieu de chercher de réelles solutions.

Quelles autres solutions pour améliorer la sécurité routière ?

Voila une bonne question. Quelles autres solutions que la baisse de la vitesse avons-nous ? Les pistes sont nombreuses mais pas forcément rentables ou évidentes à mettre en place.

La plus simple, et la plus dure, serait tout simplement d’éduquer les gens. Qu’ils soient déjà conducteurs ou apprentis. Une autre solution aussi, mais surement la plus coûteuse, serait surement une visibilité accrue de la gendarmerie et de la police sur la route et à ses abords. Et non pas seulement pour faire du zèle avec des jumelles planqués dans un buisson, mais plutôt faire attention à l’alcool ou au téléphone au volant. Je ne parle pas de distribuer des amendes à la volée non, mais plutôt d’éviter que les gens continuent leurs conneries. Ce qui me semble pourtant aller de paire avec le volet « préventif » de la sécurité routière.

On pourrait aussi imaginer des panneaux adaptatif en fonction des conditions climatiques, sur certaines portions réputées dangereuses.

Bref, des solutions existent mais il semblerait que seule la vitesse importe par chez nous. Ou l’argent que cela rapporte, allez savoir.

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *