Kia Stinger à l'arrêt

Kia Stinger : Un second bloc essence de 255ch

La Kia Stinger arrive en europe avec un bloc turbo de 2.0l et 255cv, et propulsion ! Une bonne nouvelle, depuis le temps qu’on attends une propulsion sympa et qui ne soit pas forcément une allemande.
Pour rappel, la Stinger est disponible en diesel de 200ch, ou en essence avec un 3.3l V6 biturbo de 360ch et  transmission intégrale.

Deux cylindres en moins pour la Kia Stinger

Kia Stinger 2.0l 255ch

Le bloc T-GDI de 255ch n’était pas initialement destiné à l’Europe, notamment pour des raisons d’émissions de CO2 trop proches avec le V6. Mais le constructeur coréen a changé d’avis et proposera donc une Stinger essence en 4 cylindres en plus de la version V6.
Cette dernière version est automatiquement en transmission intégrale. Le quatre cylindre turbo quant à lui, sera couplé à une boîte automatique à 8 rapports et une transmission arrière !
Enfin une berline propulsion qui ne vienne pas d’un constructeur allemand, ou d’un constructeur habitué a proposer du premium !

Les performances du 4 cylindres ?

Kia Stinger en montagne

Certains pourraient penser que 255cv sur la Stinger c’est léger. Néanmoins il faut penser que ce bloc sera plus léger que le 3.3l V6 biturbo . Kia annonce un 0 à 100 en 6 secondes ce qui n’est pas déconnant. Reste à voir les qualités dynamiques de la coréenne dans cette version.

Des finitions proches de la version V6

La Stinger existe donc en 3 motorisations dont une diesel et deux essence. Le bloc diesel peut être en propulsion ou transmission intégrale. Il hérite de la finition de base GT Line et peut avoir la finition intermédiaire GT Line Premium.
Le bloc essence 2.0l turbo de 255ch est disponible uniquement en propulsion, et en finition GT Line Premium. Une finition qui porte plutôt bien son nom au passage : intérieur cuir (chauffant et ventilé), écran tactile de 8’’ pour l’infotainment (GPS inclus), 15 HP Harman/Kardon pour l’audio, l’affichage tête-haute, l’aide au stationnement a 360° avec les caméras, etc.
Enfin, le bloc V6 biturbo de 3.3l de 360ch, disponible uniquement en transmission intégrale et finition GT.

Des tarifs plombés par le malus…

La Kia Stinger dans sa version 2.0 turbo de 255ch est affichée à 49 800€. Mais avec ses 190g CO²/km elle se prend le malus maximal et voit son tarif grimper de 10 500€. La version V6 démarre à 59 900€ mais se prend elle aussi le malus maximal. Et bim, 10 500€ de plus. On ne parle même pas de la carte grise.
Il n’y a que la version diesel qui se prend un petit malus. Seulement 6000€ si vous choisissez la version en 4 roues motrices, et moins de 2000€ pour la version propulsion.
Pour un gouvernement qui voulait arrêter de faire la part belle au diesel… bien joué. Ceci dit avec une grille de malus basée uniquement sur le taux de CO², il n’est pas étonnant que le diesel soit favorisé.

Alors 4 ou 6 cylindres ?

Le malus faisant grimper les prix, les potentiels acheteurs y réfléchiront à deux fois avant de se jeter sur l’un ou l’autre. D’autant plus que cela place la Stinger presque au même niveau des allemandes, reines en la matière.
Dommage parce que les prix hors malus sont compétitifs, surtout au vu de l’équipement proposé.

Et vous, vous prendriez quoi ?

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.