Confinés depuis plus d’un mois

Un mois que nous sommes tous confinés, autant de jours que je n’ai pas écrit un seul article. Celui-ci me trotte dans la tête depuis bien trois semaines, mais… je repousse toujours l’écriture. Allez, je m’y mets, et bonne lecture. Si vous voulez de l’actu auto, rendez-vous en bas de cet article en scrollant ou en cliquant sur « actualités automobiles et coronavirus« .

Le confinement

Un mois à la maison, et encore un mois à y rester. Je n’ai pas tellement à me plaindre, j’ai encore du travail et presque pas de chômage partiel, idem pour ma femme. Je sais que beaucoup le sont, faute de pouvoir télétravailler en étant confinés. De leur côté, les métiers qui nous font vivre au quotidien sont sur le pont, les soignants tout autant. C’est notamment le cas de proches dans ma famille, qui travaillent d’arrache-pied et avec peu de moyens matériel et humains. Parce que leur métier, c’est de soigner. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par David Montanari (@davidmontanari.fr) le

 

Néanmoins, cela n’enlève pas le poids de ce confinement au quotidien. Ni même le poids qu’ajoute Robert dans nos vies (l’histoire de Jeanine et Robert est sur mon compte Twitter). 

Confinement : ma journée type

Les journées passent à une vitesse folle tellement elles sont remplies : petit déj’, arriver à jongler entre télétravail* et école à la maison, le repas du midi, les presque deux heures de sieste pour pouvoir pleinement se concentrer, le goûter, et ensuite on retombe sur le classique « tunnel du soir ». Paf ! Il est 21h, l’heure de se poser un peu. Enfin, plutôt s’affaler dans le canapé et jouer/lire/mater un truc sur Netflix. Quand il me reste assez d’énergie à 21h, je me mets sur mes photos (celles de Papas Pressés ou de mon compte perso @davidmontanari.fr), plus rarement sur mes vidéos et pour une fois depuis plusieurs semaines : j’écris pour mon blog, et non celui de mes clients au boulot. C’est, avec la sieste (hors des journées de travail), le seul moment où on peut avoir du temps pour nous avec ma femme, ou même juste pour moi.

Alors forcément la fatigue se fait sentir ici, et j’imagine qu’il en va de même chez vous, comme chez la plupart des parents. Vous comprenez alors aisément pourquoi je suis un peu « absent » ces temps-ci. Mais je remets la machine en route, du fond du canapé et deux soirs de suite, à 21h passées certes, pour arrêter de repousser l’écriture de cet article et donc des suivants ! Parce que oui, quand une idée me tourne dans le fond du crâne, et qu’elle ne sort pas, ça me bloque un peu pour faire d’autres choses. Et vous, ça se passe comment dans ces cas là ?

A propos du télétravail

*J’en profite pour faire un petit aparté sur le télétravail. Ne pensez pas que le télétravail tel qu’on le vit actuellement, en confinement, ressemble à ça en temps normal. Non, en temps normal, j’organise ma semaine selon les projets en cours. Le matin j’emmène Jules a l’école, je reviens et je bosse quasiment dans la foulée (bon d’accord, je me fais couler un café avant). Personne pour m’interrompre, sauf à de rares exceptions, ni physiquement ni virtuellement. Je peux choisir de bosser dans mon bureau comme sur la terrasse (surtout l’été évidemment). 

Entre midi et deux, j’ai un peu de temps pour moi et donc pour le blog/mes photos/vidéos voire faire un peu de sport. Ensuite, c’est reparti pour l’après-midi jusqu’à ce qu’il soit l’heure de récupérer Jules à l’école. Une journée productive en somme. 

Pour les interactions sociales IRL, il m’arrive régulièrement de manger avec des proches et une fois par semaine, je retrouve mes collègues et des clients. 

La vie de papa en confinement

Si le confinement est épuisant, c’est aussi l’occasion de passer du temps avec mon fils et de lui faire transmettre ma culture automobile. Sans lui faire du forcing évidemment, lui faire apprendre par coeur des modèles de voitures ou des marques, très peu pour moi.

Disons plutôt que naturellement, je parle automobile. De fait, avec sa curiosité d’un enfant de 4 ans, il s’intéresse un petit peu aux voitures. Que ce soit des questions sur « la voiture grise de papa », le déchiffrage des plaques (il apprend les lettres actuellement, et il est très demandeur) ou des noms de marques/modèles, les questions sur les voitures sur le parking de la résidence. D’ailleurs, il adore Thomas et sa Civic Type R (une EP3), tout comme il avait adoré faire un tour dans sa R33 l’an passé.

Côté jeu : petites voitures et Forza4

Cela passe aussi par quelques sessions de jeu: avec des voitures télécommandées ou encore quelques petites sessions sur Forza4. Oui, j’ai deux manettes sur ma 360, une seule sur la Xbox One, et il a bien compris que la manette à une incidence sur la voiture dans la TV. Impossible de tricher en lui refilant une manette de 360 pendant que je joue à la One. Donc, Forza4 sur la 360 fait parfaitement l’affaire.
Petite fierté paternelle quand il arrive à boucler un tour de circuit ! Oui, il prend appui sur quelques rails (ok, beaucoup parfois), il « joue dans le sable » comme il dit. La « voiture de maman » (une Mazda2) ou « le Taureau » en prend pour son grade, mais il s’amuse et c’est le principal. On a le temps avant de penser à peaufiner les trajectoires et les chronos.

Jouer aux jeux vidéo avec son fils
Devinez le circuit !

Plus rarement, je lui montre aussi des photos ou des vidéos automobiles. Et quand il faut bricoler sur une voiture (comme le changement de batterie dernièrement), il est dans les parages avec l’envie d’aider et très curieux. Ce n’est pas toujours évident pour ma part, de trouver comment faire pour l’occuper en lui donnant la sensation de m’aider et d’être utile. Ma femme est bien meilleure que moi à ce sujet-là, et me donne des idées. Il faut dire que de mon côté, j’ai plutôt grandi avec l’idée qu’un enfant doit foutre la paix aux adultes quand ils bricolent. Sauf que, mieux vaut un enfant qui tient le cliquet ou une clé de 10 fièrement qu’un enfant qui court partout autour de la voiture, même sur un parking fermé. Bon, ça ne marche pas à tous les coups, mais ça me fait réaliser à quel point on évolue en devenant père, et comment on continue à apprendre pour continuer à évoluer. 

Actualités automobiles et coronavirus

Parce qu’on est quand même sur un blog orienté bagnole, faisons ensemble un petit tour sur l’actualité. Elle est un peu light et un poil morose, l’actu du monde automobile et des papas pressés.

Baisse des ventes en europe

Si le coronavirus et le confinement ont fait péter les scores de ventes de Switch, l’industrie automobile ne peut pas en dire autant. C’est même tout l’inverse avec des ventes en europe qui se cassent littéralement la gueule, de 55% pour mars. Avec des concessions fermées et des gens confinés, forcément ça n’aide pas. Le bilan du mois d’avril ne devrait pas être beaucoup mieux.

Pas de Focus 4 RS

Quitte à être dans les mauvaises nouvelles, Ford a confirmé que la Focus 4 RS ne verrait pas le jour. La faute, sans doute comme chez d’autres constructeurs, aux normes CO2 et aux amendes prévues pour non-respect du quota de CO2 par constructeur. Le covid-19, c’est la cerise sur le gâteau. Enfin bon, la Focus ST et ses 280ch reste tout à fait convaincante en voiture de papa pressé non ?

Face avant Ford Focus ST 2019

Des Volvo limitées a 180

Du côté de chez Volvo, on poursuit l’objectif zéro morts, avec une limitation à 180 km/h des modèles 2020. Cette idée a fait son chemin, puisque je vous parlais déjà de cette limitation à 180km/h en 2019. Et comme l’an passé, je trouve que c’est une mesure un poil infantilisante.

Une Mazda6 propulsion et 6 cylindres ?

Histoire de terminer cet article sur une note plus positive : la rumeur gronde. Le constructeur d’Hiroshima préparerait une Mazda6 propulsion et équipée d’un 6 cylindres. Et tant qu’à faire, un 6 cylindres SkyActiv-X ! Ajoutons à l’équation la magnifique Vision Coupé présentée à Tokyo en 2017, et l’on obtient l’évocation d’une voiture déjà iconique !

Future Mazda6

Petit retour à la réalité, selon la rumeur en question, Mazda travaillerait sur cette voiture avec Toyota. L’idée étant de diminuer les coûts avec une plateforme commune tout en proposant le 6 cylindres SkyActiv-X dans les Lexus IS et RC. Et quand on connaît la force de frappe de Toyota, je me dis que c’est un projet totalement réalisable, pas vous ?

2 commentaires

  1. Salut l’équipe je viens de tomber sur le site et me suis abonné de suite sur Facebook.
    Le concept me fait tellement rigoler que j’en viens à vous demander si vous aviez déjà fait une série d’autocollants dans l’esprit « Bébé à bord »?

    Je serais intéressé

    1. Merci 🙂
      Pour les stickers, c’est une des idées que je souhaitais mettre en place dans l’année, mais comme je le disais dans l’article… Le temps file un peu vite en ce moment. Je vais me repencher sur les solutions possibles avant l’été je pense 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.